Logo quand menu est ouvert du site de la ville de Floirac
Chercher
Menu

Lutte contre le moustique tigre

03 août 2021

Contribuer à l’adoption de bonnes pratiques et de bons gestes afin d’éviter le développement de larves du moustique tigre est la meilleure prévention contre sa prolifération. Depuis la constatation de sa présence en France en 2004, elle est assez importante.

Signaler sa présence
Si vous pensez avoir vu un moustique tigre, vous pouvez signaler sa présence sur ce formulaire en ligne sur le site de Bordeaux Métropole, idéalement en y joignant une photo. Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique et tout moustique n’est pas un moustique tigre !

Reconnaître le moustique Tigre

Le moustique tigre est reconnaissable à ses rayures noires et blanches sur tout le corps ainsi que sur les pattes. Sa taille est généralement inférieure à celle du moustique commun. Ses ailes sont complètement noires et sans tâche.Dans la plupart des cas, sa piqûre est bénigne, bien que ce moustique puisse être vecteur de diverses maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika. Pour transmettre ces virus, il doit au préalable avoir piqué une personne infectée. Le moustique tigre se développe autour des maisons, dans pleins de gîtes constitués par des rétention d’eaux stagnantes :  seaux, brouettes, soucoupes de plantes…bac de rétention d’eaux de pluies, etc.

Les mesures de prévention sont souvent simples et peu coûteuses, mais doivent être adoptées par tous !

Les femelles du « moustique tigre » pondent leurs œufs à sec et/ou à la limite des eaux stagnantes. Lorsque les conditions climatiques sont favorables (à partir du milieu du printemps), les œufs éclosent dès qu’ils sont au contact de l’eau : ils donnent alors des larves qui, au bout de 5 à 6 jours, deviennent des moustiques adultes et… piqueurs.

Lutter contre sa prolifération

Adopter des gestes simples pour lutter contre sa prolifération, c’est avant tout faire la chasse aux eaux stagnantes : au contact de l’eau, les femelles donnent près de 200 larves chacunes ! C’est donc là qu’il faut agir en priorité : couvrir les réservoirs d’eau, supprimer les coupelles et autres objets susceptibles d’accueillir des eaux stagnantes.

Plus d’infos sur le site de l’ARS33 (Agence Régionale de Santé).