Logo quand menu est ouvert du site de la ville de Floirac
Menu

Risques naturels et technologiques

08 février 2017

Face aux risques naturels*, la ville s’engage dans la sauvegarde de sa population.

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)

La loi de modernisation de la sécurité civile d’août 2004, a créé des outils nécessaires au maire dans son rôle de partenaire majeur de la gestion d’un évènement de sécurité civile avec l’instauration du Plan Communal de Sauvegarde (PCS).

PCS 2013 (pdf – 3,27 Mo)

Ce plan définit en situation de crise, l’organisation prévue pour encadrer les actions de sauvegarde engagées par les services communaux en cas de survenue d’un événement dommageable (information de la population, alerte, accueil et hébergement des sinistrés, …). Ces mesures viennent en appui de l’action des services de secours (pompiers, police, etc.).

Il recense notamment l’ensemble des risques majeurs auxquels est exposée la Ville* et détermine les stratégies à mettre en œuvre pour assurer la sauvegarde des populations et des biens.

Ce document de référence, ultra opérationnel, a donc été conçu pour optimiser notre capacité à répondre dans l’urgence à des situations hors normes.

En compilant des situations types et en apportant des réponses très concrètes, il permet de préparer préventivement les acteurs impliqués par les différents modes opératoires.

Dans le cadre de la définition de ce plan, Floirac a signé deux conventions de partenariat pour nous soutenir dans les actions auprès des administrés.

  • La 1ère, avec l’association Floirac Citizen Band Amitié, par l’intermédiaire de son président, M. Jacques ALLARD, qui s’est engagé à mettre en œuvre les moyens humains et matériels nécessaires pour avertir le plus rapidement possible la population d’un risque imminent et de la marche à suivre.
  • La 2ème, avec l’hypermarché Auchan qui s’engage à nous ouvrir ses portes (y compris en dehors de ses heures d’ouverture habituelles) pour que la ville puisse acheter le matériel et la nourriture nécessaire à l’hébergement et la restauration de la population.

Malgré tout, une action communale ne peut être d’une grande efficacité si sa population n’est pas informée, des risques majeurs auxquels elle peut être exposée sur ses lieux de vie, de travail, ou de vacances.

La règlementation a prévu ce manque au travers de l’article 21 de la loi du 22 juillet 1987 : « le citoyen a le droit à l’information sur les risques qu’il encourt en certains points du territoire et sur les mesures de sauvegarde pour s’en protéger ». Le décret du 11 octobre 1990 a précisé le contenu et la forme des informations auxquelles doivent avoir accès les personnes susceptibles d’être exposées à des risques majeurs ainsi que les modalités de leur diffusion.

L’information préventive peut être réalisée à travers différentes actions :

  • Les campagnes d’information : diffusion du DICRIM, organisation de réunions publiques, etc.
  • L’affichage : panneaux signalisant les risques, repères de crue, etc.
  • L’information des acquéreurs et des locataires : le propriétaire d’un bien immobilier mis en vente ou en location doit informer l’acquéreur ou le locataire sur les risques auxquels son bien est exposé .

Ainsi des affiches ont été diffusées en 2012 dans les différentes écoles de la ville ainsi que dans les habitations collectives de plus de 50 personnes soumises à un risque majeur.

Le Document d’information Communal sur les risques majeurs (DICRIM)

Le DICRIM, quant à lui, est un document réglementaire ayant pour but de présenter et de décrire les risques majeurs (naturels ou technologiques) existants sur la commune de Floirac, ainsi que les consignes personnelles de mise en sécurité, en accord avec les mesures de sauvegarde communales et l’action des services de secours

DICRIM Floirac (pdf – 3,15 Mo)

*du fait de la localisation géographique de la commune et de la nature de ses sols, Floirac enregistre quatre risques naturels majeurs susceptibles d’avoir une incidence notable sur la population floiracaise : le risque Inondation, risque Eboulement, le risque Effondrement, le risque Retrait –gonflement.

A ceux-ci, s’ajoutent le risque Transport Matières Dangereuses et risque Nucléaire induits par la proximité de la rocade et de la Centrale du Blayais.